Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Sud Express

Messages reçus

29 Février 2008, 09:24am

Publié par Mémoire Vive / Memória Viva

foule.jpgNous tenions à remercier les différentes personnes qui se sont exprimées sur le site du SudExpress depuis sa création. Voici les mots laissés par cette petite foule. Messages de félicitations ou de remerciements. Envies de collaborations, de témoignages ou d'aller plus loin. Revendications politiques ou administratives. Découvertes. Il y a de tout dans la foule. Dans tous les cas, on se dit qu'on ne fait pas tout ça pour rien. Merci.

(L'image à droite, intitulée Foule, est tirée du site de l'artiste Bernard Pouchin: http://www.bernard-pouchin.com/)


Myriam Benarroch

Bravo pour cette magnifique initiative!!! Bonne chance et longue vie au Sudexpress!


Annabella Simoes
Je viens de découvrir ce nouveau genre de voyage à travers le temps ! et... je félicite l`équipe qui est à l`origine de ce retour vers le futur ! Força !


David Rohi
Ce week end j`ai rencontré un Portugais. A l`apéro, on se voyait pour la première fois. Il m`a parlé des silences de sa famille quant aux moments d`immigration, à des proches qui ne veulent, ou ne peuvent raconter. tout cela devant l`écran de l`ordi, à bord du sud express qu`il me faisait découvrir, les larmes aux yeux. Peut être que vous remplacez un peu ceux qui ne peuvent dire leur histoire de migrants. Un voyage dans le passé mais bien contemporain, qui réhabilite. Peut être aussi que cela conduira les passagers du Sud express de leurs racines de migrants vers une solidarité avec tous les exilés du monde, et ceux qui viennent aujourd`hui frapper à nos portes cadenassées. Je suis fils d`Italienne. Merci pour votre magnifique initiative !

Sónia Russo
Nos anos oitente milhares de portugueses voltaram ao seu paìs, às suas terras.Onde estarão hoje estas pessoas? o que fazem ? e que futuro terão dado a seus filhos? Como terão estas crianças, sido acolhidas, numa terra que apesar de estranha,não deixava, contudo, de ser a sua TERRA! Penso que todos eles, todos NOS! temos uma palavra a dizer, um història a contar, um passado a reviver e um presente, que sem dùvida està intimamante ligada às linguas que aprenderam e as culturas que adquiriram.Eu sou uma destas històrias.Muitas outras haverão ainda.Onde param hoje os filhos da emigração?
Dans les années quatre-vingt, des milliers de portugais sont retournés vers leurs pays, vers leurs racines.Onde sont-ils aujourd`hui?que font-ils? et quel futur ont t`ils donner à leurs enfants? Comment ces fils et filles de l`émigration, ont`ils été acueillis dans un pays, qui malgrés si étrange à leurs yeux d`enfants, vivaint neanmoins dans leurs origines.je pense que tous, que NOUS TOUS! avons un mot à dire, une histoire à raconter, um passé a revivre et un present, qui sans aucun doute,sont liers aux langues et aux cultures que nour avont adquis .Je suis l`une de ces histoires,mais beaucoup d`autres encore doivent exister.Où vivent aujour`hui, les fils de l`émigration?

Clara Moura Lourenço
Quel bonheur de pouvoir retrouver des souvenirs enfouis depuis des années au fond de la mémoire! Je repasserai par ici, avec plus de temps pour vous raconter aussi un peu de moi

NOTOT Fredy

je suis français, marié à une portuguaise depuis 35 ans, j`adore votre pays, votre sens de l`hospitalité, votre droiture. J`aime moins quand je lis ça et là que les portuguais ont été mal reçus en France. certes il y en a eu mais pas tous, pour preuve ma belle famille arrivée dans le nord de la france avec 9 enfants et un seul salaire..? c`était à l`époque dur pour tout le monde même pour nous français d`origine modeste. mais quelle joie ces portuguais ont apporté au village... Accordéon et rires tous les dimanches. Nous étions heureux et ils se sont "intégrés" sans problème. Je me rends très souvent au Portugal et ce que j`entends me fait chaud au coeur. Dans le Nord du portugal le moindre petit café me permet de rencontrer des gens revenu au pays pour la retraite. La majorité me font part de leurs souvenirs et regrettent bien souvent La France. Oui les portuguais sont aimés en france, oui les français sont bien reçus au Portugal. Pour moi l`immigration m`a permit de rencontrer une femme merveilleuse qui m`a fait découvrir un pays chaleureux et généreux. bien à vous

Deolinda
je viens de decouvrir votre association par le lusojornal jamerais bien participar a votr associasstion surtout d`une parssonne en paticulier qui s`appel ISABEL LEPINE CAR je connai s beasucoup des personnes do nom lepine jemerais savoir si isasbel appatien ala meme famille et bravo pour ce que vous faites

Pascal Doyen
Bonjour, D’abord un grand bravo pour ce site, remarquable dans sa conception, sa réalisation et sur le fond. Et puis son nom qui m’a décidé à me fendre de ce petit mot car le Portugal je l’ai découvert par le Sud, par l’Alentejo et l’Algarve. Depuis ma naissance je ne fais jamais rien comme tout le monde paraît-il ! Par hasard ? Non pas tout à fait, au départ classique touriste ‘lambda’ ‘bobeauf‘ Cefran’ en ‘Spagnee’ mais avec peut être un petit plus de curiosité qui m’a fait chercher et trouver, d’abord en Andalousie, les traces de l’harmonie civile et culturelle et du formidable développement qui y a prévalu pendant 6 siècles (du VIIIème au XVème siècle lors de la présence des ‘maures’ sur ce territoire) et puis également celles des luttes des peuples (surtout ceux de la terre) au siècle dernier pour se sortir de l’emprise des régimes fascistes, coloniaux et guerriers prévalant à cette époque. J’ai effectivement retrouvé cela en Alentejo et en Algarve, dans les noms des pays (Algarve, Moura, Mourao …) d’origine berbéro arabe, dans l’architecture, dans les arts populaires et dans la population, malgré la difficulté de la langue. Et puis dans l’esprit de lutte pacifique, de résistance, laïque mais néanmoins sacré, avec cet attachement à la terre, incarné par exemple par la figure mythique de Catarina Eufemia. Depuis quelques années je retourne donc régulièrement sur ces terres du Sud, pour retrouver cet esprit et pour sillonner les routes, mais pas en chemin de fer, en voiture et à bicyclette … Veja-o logo nas terras do sul! Pascal Amitiés à José et Altina

Ferreira
Je viens de lire tous ces messages gentils, très gentils, un peuple courageux, un peuple chaleureux, un peuple d`où je viens et dont je ne me reconnais pas tout à fait. Parce qu`au commencement était la honte, la honte d`un nom dont la résonnance portugaise portait la marque de l`exil économique, la marque de la pauvreté et de la faim et celle de l`obéissance aux lois du plus fort, aux lois du marché "marche ou crève". Aujourd`hui je suis française, naturalisée, après que mes parents qui furent des sans-papiers aient obtenu la fameuse carte de séjour, merci patron. Aujourd`hui je suis française je disais, et j`ai de nouveau honte cette fois-ci quand je vois ce pays auquel j`appartiens, afficher sur les photos dans les journaux, les mêmes regards hagards, les mêmes mains tendues avec "tous les papiers", dans ces files d`attente devant les préfectures, d`hommes et de femmes, l`angoisse au ventre, prêts à tout pour avoir accès à la liberté de vivre libres. Aujourd`hui, j`ai honte quand mes cousins portugais/français disent la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde et qu`à cela je réponds non! elle le doit! Comme elle le devait quand elle accueillait nos familles portugaises (une main-d`oeuvre si docile et si bon marché) comme elle le devait aussi et peut-être surtout, elle ce pays des droits de l`homme et de la liberté, qui fermait les yeux sur ce pays voisin dont le dictateur affamait son peuple et l`envoyait soit se faire trouer la peau aux Afriques, soit le jeter sur les routes de l`exil. Aujourd`hui, j`ai honte quand mes cousins, mes oncles et les femmes de tous ces hommes qui ont sué sur les chantiers, dans les champs, dans des conditions terribles, et qui maintenant, leurs fesses posées dans leur fauteuil en cuir dans leur belle maison, belle comme celle des français, sont prêts à voter Sarko parce que tu comprends "la racaille qui branle rien, ça suffit! z`ont qu`à faire comme nous la fermer et bosser!". J`ai honte de cet oubli de nous, de cet oubli de ces souffrances d`hier, j`ai honte de ces regards, de ces pensées qui rejettent ces mains tendues, ces regards hagards, ces corps fatigués qui sont les mêmes,exactement, les mêmes que ceux de nos parents, de nos familles, de nos compatriotes, eux aussi victimes du mépris des grands de ce monde.

Maria Arminda Ferreira
J`ai decouvert votre site aujourd`hui,je viens de passer 2 heures sans me rendre compte. merci et continuez c`est très interessant.

Hugo
Je suis luso-descendant ( comme on dit ) mais né au Portugal. Je suis extrèmement intéréssé par votre démarche et votre association. Je suis etudiant en histoire contemporaine, bosse sur un memoire sur le rapport entre salazarisme et ruralité. J`aboutit aussi un projet documentaire sur les anciens combattants républicains exilés en France. Comment puis-je participer plus activement à votre projet ? Témoigner ne me satisfera pas...

Cecília
JE VIENS DE CONNAITRE VOTRE SITE PAR LE JOURNAL CAP MAGELLAN FELICITATIONS POUR VOTRE TRAVAIL AINSI ON NE POURRA OUBLIE CETTE PERIODE SURTOUT POUR QUE LA 3eme generation comprenne CETTE PERIODE BONNE CONTINUATION MERCI

António Pereira Nunes
boas Festas a todos. A contagem do tempo da tropa para efeitos de reforma , para todos aqueles que nunca trabalharam ou não cotisaram para a Segurança Social portuguesa é um assunto que continua a não estar resolvido. Saiu uma lei (21/2004) mas a sua regulamentação continua nas gavetas do Ministério da Defeza em Portugal. Quem ler estas linhas e que quizer saber mais, a ARMCPF, associação com sede no 6, rua de la République 95100 Argenteuil, pode dar informações. armcpf@wanadoo.fr. Felicidades a todos

Coelho
J`ai eu le plaisir de découvrir, grâce à un mail déposé par le biais de mon blog, ce magnifique site ! Je salue le travail qui est effectué et je félicite toutes les personnes qui y ont participer par leurs témoignages laissant ainsi de précieuses traces d`histoires qui grâce à vous ne seront jamais oubliées ! je reste à votre disposition sur mon blog (http://coelhinou.canalblog.com) et serait ravi d`apporter mon aide si besoin. Merci à vous tous

Mafalda
Faut dire qu`on doit avoir des raisons pour… Même le ciel s`y met, après le 6 mai. J`avais répondu à Coelho, mail antérieur, sur le même ton, après être allée faire un tour dans son blog. Ce forum est vraiment en sommeil. Dommage. Les couches de la mémoire doivent être épaisses, très enfouies pour que ça déménage aussi peu ici dans ce forum d`internautes. J`ai bien aimé la personne qui a hurlé un peu contre ce qu`elle pensait être du consensus sur l`immigration portugaise, et les ex-immigrés portugais votant… Ce serait d`ailleurs intéressant d`analyser le vote des portugais de France. Et affiner les positions pour éviter de dire : bah, ont la mémoire courte et préfèrent maintenant eux aussi le tout sécuritaire. A ce propos, vous avez vu la polémique au Portugal autour d`un FN portugais et son "Basta de Imigração. Boa Viagem. Nacionalismo é solução"… et vous avez-vous la réponse de l`équipe appelée Gato Fedorento. Suffit de chercher sur Google… ça date un peu c`est vrai… mais bon, ça sent le renfermé quand même sur ce forum!!! à bientôt

Manuela
Bonjour aux internautes du Sudexpress… Voici un texte et une pétition touchant l`information sur les Migrations, envoyée par un ami. Peut-être que cela peut vous intéresser ! Merci d`avance Appel pour une émission sur les migrations, à France Télévisions Que savons-nous de l’histoire des migrations, alors qu’une grande partie d’entre nous affirme ses origines "étrangères"? Que savons nous de la réalité actuelle des migrations internationales, de leur volume, de leurs points de départ et de leurs destinations? Que savons-nous de ce qui pousse des femmes, des hommes et des enfants sur les chemins de l’exil, au moment où des réfugiés "environnementaux" viennent grossir les rangs de ceux qui fuient la guerre ou la misère? Que savons nous, à l’heure de la mondialisation, de l’impact des mouvements migratoires sur les économies? Que connaissons-nous de la diversité des vies, des souffrances et des espoirs de ceux qui ont choisi notre pays comme terre d’accueil ? Que savons-nous des effets concrets des réglementations adoptées en France et en Europe ? De leur efficacité pour atteindre les objectifs mis en avant par les pouvoirs publics ? De leurs conséquences sur les parcours et les vies des migrants? Parler "sans-papiers", expulsions, quotas, ne suffit pas pour informer sur la réalité de ce phénomène mondial, encore moins pour nourrir valablement le débat citoyen. Parler discrimination, racisme, diversité ne suffit plus pour combattre les replis communautaires", d’autant plus que cette expression est souvent employée à tort et à travers. Pour que la question de l’immigration en France sorte de l’ornière de l’utilisation démagogique et fasse enfin l’objet d’un débat digne et responsable, Nous, associations, syndicats, journalistes, chercheurs, élus, citoyens de toutes origines, demandons à France Télévisions d’assumer pleinement sa responsabilité de service public d’information. Nous demandons qu’une émission régulière sur le thème des migrations soit mise rapidement à l’antenne sur l’une des chaînes généralistes de ce groupe. Premiers signataires : Syndicat National des Journalistes-CGT, GISTI, CIMADE MRAP, Ligue des Droits de l’Homme, Association les Oranges, Centre d’Information et d’Etudes sur les migrations internationales (CIEMI), Collectif Bellaciao. Pour signer la pétition : http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=48758#sp48758

I.C. / M.P.

Commenter cet article