Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Sud Express

Piqûre de rappel sur l'immigration

23 Janvier 2008, 09:44am

Publié par Mémoire Vive / Memória Viva

immigration1.jpg La petite piqûre de rappel

Nous lisons dans Le Monde un intéressant article d'opinion rédigé par le rédacteur en chef Frédéric Lemaître, sur l'immigration. Quelques chiffres qui redonnent une autre perspective et qu'il est bon de rappeler pour "rassurer" certains.Nous en citons ce bref extrait.

Serait-ce à dire qu'il y a trop d'immigrés en France ? Tout laisse pourtant penser l'inverse. La France compte moins d'immigrés de fraîche date que la plupart des autres pays. En Australie, près du quart des habitants sont nés à l'étranger. Près d'un Canadien sur cinq est dans ce cas, tout comme 13 % des Allemands, 13 % des Américains, plus de 10 % des Irlandais, et près de 10 % des Britanniques. En revanche, ce chiffre tombe à 8,1 % en France. Comme le constate Guillaume Duval dans son livre Sommes-nous des paresseux ? (Seuil, 226 p., 15 €), "la France est le pays riche qui, en dehors du Japon, a maintenu ses frontières le plus hermétiquement closes depuis 1995 : le poids des immigrés dans la population a augmenté depuis lors 6,5 fois plus en Espagne qu'en France, 4,9 fois plus aux Etats-Unis, 3,6 fois plus au Royaume-Uni, 1,8 fois plus en Allemagne..."

De tous les pays cités, la France est celui où la croissance économique est l'une des plus faibles. Ce n'est pas un hasard. M. Sarkozy explique que la France doit travailler plus et produire plus. En bonne logique, l'immigration devrait être une pièce maîtresse de ce dispositif. Des immigrés contribuent à la fois à l'offre de travail et à la demande de biens et de services. "En Espagne, aux Etats-Unis, en Irlande et en Grande-Bretagne, une partie de la croissance s'explique par l'augmentation de la population", estime Lionel Fontagne, professeur d'économie à l'université Paris-I. Ce que confirme l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), même si ses experts jugent qu'"en général, l'immigration accompagne la croissance plus qu'elle ne la provoque".

Brice Hortefeux, ministre de l'immigration, reconnaît que "l'immigration zéro n'est ni possible ni souhaitable". Prétendre fermer les frontières paraît d'autant plus vain que la libre circulation à travers l'espace Schengen interdit, de fait, à la France de faire cavalier seul en Europe et que la pression mondiale ne peut que s'accroître. Une ONG britannique, Christian Aid, estime que le réchauffement climatique pourrait contraindre 1 milliard de personnes à migrer d'ici à 2050. Même sans sombrer dans ce catastrophisme, l'hebdomadaire The Economist (5 janvier) note qu'il y a environ 200 millions de migrants (légaux ou illégaux) aujourd'hui dans le monde. "Cela paraît beaucoup mais ça ne représente que 3 % de la population mondiale. Il y a donc un grand potentiel de hausse. Les migrations se sont révélées être une bonne stratégie des pauvres du monde entier pour vivre un peu mieux."

M.P.

Commenter cet article